REPARATIONS d’ANDY 27

ANDY 27, Du vent dans les voiles.

C’est avec un immense plaisir que nous avons accueilli au lycée professionnel, ce mardi 3 décembre 2019, le responsable du centre nautique, M. Denis POULELAOUEN, accompagné du directeur des sports et du nautisme, M. Sébastien LOUSSOT, de DOUARNENEZ dans le Finistère.

Réunion d’équipe

L’objectif de cette rencontre a été de faire un point de travail sur la réhabilitation du bateau, pour une remise en état et surtout pour effectuer des améliorations techniques nécessaires à son évolution. Deux axes majeurs seront travaillés : la flottabilité en cas de chavirage et la sécurité des personnes. Pour des questions de sécurité, les bancs seront renforcés et une mousse viendra remplir les parties basses du bateau, le pont sera réétudié, rehaussé, refait et la modification de l’évacuation de l’eau sur l’arrière du bateau sera améliorée.

Un projet qui a le vent en poupe, plusieurs classes et groupes participent à ce chantier et les différentes équipes interviendront par rotation en suivant un planning et une fiche de suivi permettra de répondre aux questions ? « QUI fait QUOI et QUAND ? » tâche par tâche. Un architecte naval suivra le projet avec attention et grande précision, ce qui incitera nos équipes à développer un grand savoir-faire, qui est propre à nos formations d’excellence dispensées dans notre lycée.


Ce projet a du sens et des enjeux multiples, puisque le centre nautique de DOUARNENEZ demande le LABEL HANDICAP, afin de pouvoir :

  • Proposer des activités en mer en utilisant ce bateau et ses performances,
  • Embarquer des personnes différentes,
  • Permettre aux personnes à mobilité réduite de naviguer en profitant de ce moment avec leur famille, en totale sécurité tout en participant aux activités de navigation sur le bateau.

De plus, un enjeu majeur est de travailler sur le développement durable et cette réhabilitation devra réduire l’impact carbone sur l’environnement marin.Les matériaux recyclables seront utilisés ainsi que le changement de propulsion. Le moteur thermique sera remplacé par un moteur électrique. (Moins de bruit et moins de CO2) Les masses seront redistribuées, recentrées, la barre sera changée (Barre franche), un safran sera positionné à l’arrière et la fixation des fauteuils sera revue.

Redonner des sensations aux personnes (Tout public, familles, personnes à mobilité réduite, en rééducation fonctionnelle, IME, et mêmes des scolaires des écoles locales) qui navigueront sur le bateau reste un objectif terminal. Le fonctionnement du bateau sera simplifié pour une navigation optimale en atteignant des vitesses de 11 nœuds, ce qui n’est pas négligeable.

Le départ de cette transat de la réhabilitation est lancée pour une durée de deux ans, ce qui confère de beaux échanges, de beaux moments de convivialité, de beaux voyages d’étude en perspective de la réussite et de la remise à l’eau du bateau.

Béaj Vat (Bon Vent)
Eric Galmiche