Deux semaines d’accueil inoubliables !

Le lycée Ferdinand Fillod a offert une rentrée scolaire des plus originales aux élèves de toutes les classes pour préparer la nouvelle année dans de bonnes conditions et lancer le coup d’envoi des différents projets.

C’était devenu presque une tradition pour l’équipe pédagogique de proposer aux élèves un voyage scolaire dès le mois de septembre dans le cadre de la période d’accueil. « Nous avions trois objectifs particuliers », souligne Erwann Tourlonias, professeur de dessin industriel : « découvrir les nouveaux étudiants, établir une relation de confiance entre enseignants et élèves, et enfin forger un esprit d’équipe autour de valeurs et de règles communes ».

Cependant, la crise sanitaire que nous subissons depuis plusieurs mois ne permettait pas d’assurer, dans le respect des règles d’hygiène et de sécurité, la poursuite de ce projet. « À l’époque, nous avions besoin de conduire les élèves hors de l’enceinte de l’établissement afin de proposer des activités qui soient à fois ludiques et en même temps pédagogiques. Faire de la voile, naviguer sur l’océan par exemple, ce n’est pas chose courante pour un jeune qui vit dans nos régions. En leur faisant découvrir un autre milieu, dans des conditions peu habituelles, on les obligeait à surmonter leurs angoisses et à s’ouvrir aux autres. Nous devions donc trouver un moyen d’accueillir nos élèves dans d’aussi bonnes conditions pour faire de 2020-2021 une année tout aussi remarquable que les précédentes ».

S’initier aux métiers : un objectif collaboratif.

Dès le mois de mai dernier donc, pendant la période déconfinement, les enseignants et l’équipe de direction ont conjointement réfléchi aux moyens à mettre en place pour assurer aux élèves une rentrée mémorable. De nombreux projets ont ainsi vu le jour et ont été inaugurés dès les deux premières semaines de septembre. « Chaque classe doit suivre un emploi du temps modifié et ce en fonction de différents objectifs » précise Aurélie Masselin, professeure de Ciselure, mais « apprendre un métier, c’est la base ».

En effet, ce sont bien les métiers qui furent mis à l’honneur en ce début d’année. Pour les élèves les plus jeunes, et qui découvraient le lycée pour la première fois, l’idée était de les familiariser aux ateliers dans lesquels ils allaient devoir se former jusqu’à l’obtention de leur diplôme. « C’est, en quelque sorte, une semaine “d’initiation” aux premiers gestes et au maniement des outils » se félicite Thierry Gallimi, professeur de Ferronnerie d’art.

Ce qui est encore plus original c’est de mélanger les élèves de différents niveaux, de la 3e prépa-métiers aux classes de terminal. Ainsi, les nouveaux arrivants évoluaient aux côtés de leurs ainés dans les ateliers. Et ce n’est pas tout ! Car même les enseignants de la voie générale étaient invités à venir apprendre avec eux sous la conduite et le regard d’élèves déjà expérimentés ! Le but était, bien sûr, de créer des liens de complicité mais surtout de construire ensemble un cadre de vie convivial et serein au sein même de l’établissement. Pour les professeurs c’est même « un secret essentiel de la réussite des élèves ».

Les nouveaux lycéens découvrent les ateliers

Tous écocitoyens !

« La réussite, c’est aussi pour chacun devenir quelqu’un de bien » explique en substance Clotsinde Perrot à l’initiative depuis plus d’un an du projet « classe éco-citoyenne ». La plupart des projets de réalisation en atelier ont donc eu pour thème commun la préservation de l’Environnement. Sans doute, est-ce là encore une conséquence de la pandémie que nous traversons actuellement. Elle a le mérite d’interroger les enseignants sur le rôle qu’ils doivent jouer pour aider à une prise de conscience collective des effets néfastes de notre mode de vie en société ou encore de notre rapport immodéré à la consommation. C’est pourquoi, les élèves du lycée Fillod ont été sollicitée pour participer au nettoyage des rues de la ville de Saint Amour pendant toute une demi-journée. Six zones spécifiques ont été entièrement ratissées pour prélever ordures ménagères, verres, papiers, mégots et autres saletés venant polluer les rues et les jardins de la ville.

La pêche aux mégots : une activité assez longue !

Dans la même veine, les élèves de CAP Gravure et Ciselure ont abordé avec enthousiasme le nouveau projet des Salines royales d’Arc-et-Senans intitulé « Un cercle immense » et qui propose, cette année, la création de jardins plus écologiques sur le site classé au patrimoine historique de l’Unesco. Comme l’année précédente, ils auront à charge de fabriquer des médailles qui plébiscitent, sur leurs deux faces, le principe même de développement durable et cela, avec l’aide et le travail d’étudiants issus des métiers d’Art et de Design ainsi que des élèves spécialisés dans la Fonderie d’art.

De leur côté, les élèves en Chaudronnerie industrielle ont eu pour mission de fabriquer des containers et des poubelles pour aider à la restructuration du tri sélectif au sein du lycée Fillod. Ce projet, en partenariat avec la commune de Saint Amour, devrait également s’étendre à toute la ville dans les mois prochains.

Enfin, les élèves de 3e prépa-métiers et ceux en Chaudronnerie ont eu également la chance de parcourir les campagnes environnantes, découvrir aussi le patrimoine naturel, la faune et les forêts du Jura. C’est en étant au contact de la nature, lieu de ravissement et de plaisirs sensoriels, qu’ils ont pris conscience encore davantage de l’importance d’en prendre soin.

L’ensemble de ces projets ont donc pour double vocation de conduire les élèves à l’élaboration complète de projets professionnels tout en leur faisant réfléchir aux questions qui agitent de plus en plus notre monde : le respect pour notre planète et notre milieu de vie.

Le tri des déchets effectués par des élèves de terminal

Découvrir un patrimoine local et national.

D’ailleurs, ce milieu de vie est riche aussi des traces laissées par ceux et celles qui ont vécu avant nous. Frédérique Darras, professeure d’arts appliqués, le sait très bien. Elle qui avait réalisé le projet « Au cœur du métal » il y a quelques années connaît parfaitement le patrimoine industriel de Saint Amour et peut témoigner de la richesse culturelle que regorge cette petite commune du sud du Jura ! Pour elle comme pour les autres enseignants, il était donc tout à fait normal que cette semaine d’accueil soit aussi un temps consacré à la rencontre avec l’Histoire.

Avec l’aide de l’office du tourisme de Saint Amour, des courses d’orientation au cœur de la ville ont été organisées au milieu des nombreux vestiges gallo-romains et médiévaux qui jalonnent nos rues. Ils ont aussi découvert, par l’observation des maisons et d’autres édifices, les modes de vie d’antan notamment ceux des notables, des ecclésiastiques, des commerçants et des tisserands d’autrefois. Plus mémorable encore, la visite de la prison royale fut l’un des moments phares de ces journées du patrimoine. En outre, en arpentant les rues, les élèves ont fait la connaissance avec des hommes et des femmes remarquables qui ont vécus ou séjournés ici. Ainsi, ont-ils été impressionnés par le dévouement de Guillaume de Saint Amour auprès des pauvres au Moyen-âge ou encore, la présence en ces lieux d’hommes célèbres comme l’historien Lucien Febvre, le poète Lamartine et bien sûr, l’industriel Ferdinand Fillod à qui l’on doit les maisons tout acier au milieu du XXe siècle. Enfin, l’œuvre de Charles Gir, sculpteur parisien et auteur du Monument aux morts de 1921, rappelle avec tristesse les horreurs de la guerre. « Ce qui est intéressant », souligne Jean-Philippe Ecarnot, « c’est qu’en étudiant l’histoire locale les élèves ont appris beaucoup sur notre histoire nationale ». Pour Léa, une jeune lycéenne, ce qu’elle a aimé surtout « c’est que ça s’est fait en s’amusant » !

les 3e prépa-métiers visitent la prison royale

S’amuser, vivre des aventures, c’est s’ouvrir au monde. Les enseignants et l’équipe de direction l’ont bien compris ! Alors quoi de mieux que de passer une soirée camping au château de Chevreaux ou encore déguster un repas comtois tous ensemble pour découvrir des spécialités régionales. Remercions tout particulièrement Alain Maréchal, bénévole dans l’association Les amis de Chevreaux, qui a permis aux élèves de 3e prépa-métiers de visiter ce site. Les élèves ont ensuite pu admirer sur place un magnifique coucher de soleil, regarder les constellations au coin du feu et dormir dans des tentes médiévales. Dans ce cadre féerique, propice au rêve et à l’imaginaire, peut-être ont-ils fait le vœu, au passage d’une étoile filante, de connaître encore tout au long de l’année ce bonheur simple de vivre ensemble des moments de joie…

M. Tourlonias et Mme Perrot font la mise au point du télescope

Anthony ROUX, professeur de Lettres-histoire.